03/12/08 - A propos du futur Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Interactions

Communiqué des sociétés savantes de mathématiques concernant le futur institut de mathématiques du CNRS.

Il est difficile d’identifier les facteurs qui ont concourus au fil des ans au maintien, au plus haut niveau, d’une école de mathématiques française au plus haut niveau. Il est admis dans la communauté que l’existence d’un consensus parmi les mathématiciens eux-mêmes, sur lesquels pouvaient s’appuyer les responsables successifs, qu’ils soient au Ministère ou au CNRS, a joué un rôle central pour que les mathématiciens sortent d’une vision souvent individualiste et parisienne pour aller vers une dynamique de laboratoires répartis sur le territoire, à même de participer à la compétition internationale actuelle et aux enjeux de la discipline. Il faut citer en particulier les noms de Claude Godbillon et Jean Giraud au Ministère, ainsi que l’action des directeurs scientifiques adjoints au CNRS depuis une quinzaine d’années. L’idée d’Institut de mathématiques n’est pas nouvelle, puisqu’elle avait déjà été lancée il y a vingt ans. La discipline, avec sa structuration actuelle, se prête bien à la création d’un institut, dont les missions comprendront les actions suivantes :
- favoriser l’excellence par des moyens appropriés ;
- encourager la définition d’une politique scientifique nationale pour la recherche et la formation, ainsi que sa mise en oeuvre ;
- aider au développement des «grands instruments»des mathématiciens ;
- permettre de mutualiser un certain nombre de moyens.
Il y a toutefois des conditions à respecter pour que la création de l’Institut soit un succès, dont la première est l’adhésion de notre communauté au projet. Les Sociétés Savantes de Mathématiques considèrent que, du fait de leur représentativité de la communauté scientifique, il est de leur rôle de faire des propositions et des mises en garde. Elles souhaitent être consultées dans le processus de mise en place de l’Institut.

Fichier: