23/02/12 - Informations diverses

Chers Collègues,

Nous vous rappelons tout d'abord le lancement de la souscription pour la rénovation de la Maison Jean Morlet pour laquelle nous avons fait appel à votre générosité : Souscription.

Quelques informations pour faire le point sur la deuxième vague des programmes d'excellence. Les derniers résultats sur les Idex sont sortis. Après les trois premiers Idex de la première vague Strasbourg (UNISTRA), Paris-Sciences et Lettres et Bordeaux, cinq nouveaux idex : Aix-Marseille (AMIDEX), Toulouse, Idex Paris-Saclay, Idex Université-Paris-Sorbonne-Paris-Cité, Idex-Sorbonne-Universités viennent s ‘ajouter. Ainsi au final seulement quatre grandes villes en dehors de l’Ile de France apparaissent et le rôle que pourraient avoir ces Idex sur la vie des laboratoires de mathématiques est souvent peu clair.

Plus récemment les résultats de la deuxième vague des labex sont également sortis : Archimède (Marseille), CEMPI (Lille), CIMI (Toulouse), IRMIA (Strasbourg), Lebesgue (Nantes-Rennes), LMH (Saclay), MME-DII (Cergy) qui s’ajoutent à ceux de la première vague (CARMIN, AMIES, SMP, Bézout, Milyon…), voir ici. Les mathématiques apparaissent aussi dans d'autres projets mais de manière plus marginale.

La couverture géographique est plus raisonnable que celle de la première vague. La direction de l’INSMI a évalué « à la louche » à 6 ou 7 MEuros l’argent qui pourrait arriver aux mathématiques par ce biais. Il n’en reste pas moins que des laboratoires de grande qualité sont en dehors de ces financements et que le problème du financement des bibliothèques et de la documentation reste entier dans le contexte où l’INSMI a un budget en diminution. Le seul espoir dans cette direction est un projet d’equipex déjà accepté ISTEX (basé à Nancy) qui pourrait financer certains aspects du projet PRIAM refusé récemment.

Nous rappelons que le CIRM est impliqué, dans sa mission régionale, dans les projets du labex Archimède et de AMIDEX.

Par ailleurs, même si les négociations ne sont pas terminées au moment où j’écris, il est clair que l"Appel pour des négociations équilibrées avec les éditeurs de revues scientifiques" a été un grand succès (1750 signatures) et donne du poids aux négociateurs. La direction de Springer y a été sensible puisqu’elle a demandé rendez-vous aux présidents de la SMAI et de la SMF et qu’une réunion a eu lieu le 9 février. A cette occasion Springer a souhaité pouvoir répondre à certains points évoqués dans la pétition et dans le communiqué de la SMF, réponse que vous trouverez ici.

Bien cordialement,

Bernard Helffer