24/10/01 - Rencontre entre le Ministre Iraquien de l'Enseignement supérieur et la SMF

Compte-rendu de la rencontre

La rencontre s'est tenue dans les locaux de l'Institut Henri Poincaré, 11 rue Pierre et Marie Curie, Paris, le 24 octobre 2001 de 14h à 15h.

La SMF était représentée par les Professeurs Georges Oppenheim (Université de Paris Sud) et Michel Jambu (CIMPA et Université de Nice), le Professeur Michel Waldschmidt (Université de Paris 6), président de la SMF, étant retenu par des obligations professionnelles.

Après avoir présenté à Monsieur le Ministre Human Abdulghafour, les regrets du Président de la SMF de ne pas pouvoir participer à cette réunion, la discussion s'est engagée.

Nous avons commencé par une présentation de la mission française en Iraq en novembre 2000. Nous avons mis en évidence, d'une part :

- les difficultés rencontrées par nos collègues iraquiens, problèmes de documentations dus en particulier à l'embargo depuis 1990.

- tâches d'enseignement très lourdes ne leur permettant pas de faire de la recherche et de se maintenir au courant des développements actuels.

- conditions de travail assez mauvaises.

A ces difficultés s'ajoute un problème que presque tous les pays rencontrent, la désaffection des jeunes pour les mathématiques au profit de disciplines comme la médecine, le droit, le commerce.

Et d'autre part, la volonté des mathématiciens iraquiens de coopérer, et malgré les difficultés que nous venons d'évoquer, la bonne qualité de leur travail (par exemple, à Mossoul, nous avons trouvé un centre de mathématiques appliquées dynamique et les thèses soutenues en Iraq sont de bon niveau même si les thèmes demandent à être actualisés).

Nous avons fait le point sur le début de notre coopération :

- une mission préparatoire en France en juin 2001 d'un mathématicien iraquien, Mr Zaid Esmat,

- un "Workshop" en septembre 2001 à l'université de Bagdad sur l'utilisation de l'informatique dans l'enseignement des mathématiques, par le professeur J.-L. Maltret, université d Aix-Marseille,

- une ou plusieurs missions de professeurs français prévues en Iraq à la fin de l'année 2001 ou au début de 2002.

Nous souhaitons de plus la mise en place de thèses en cotutelle. Nous proposons de participer à la formation d'un petit nombre de mathématiciens iraquiens et de les amener au niveau international pour qu'ensuite ils puissent à leur tour former des enseignants de qualité dans leur pays.

Le Ministre nous a remercié de l'aide que nous souhaitons leur apporter et nous a promis son concours sans toutefois s'engager sur une politique précise. Il nous a fait remarquer que les échanges entre la France et l'Iraq ont été excellents depuis 1974 jusqu'à la guerre du golfe. Il souhaite que la coopération retrouve le niveau qu'elle avait à cette période mais il nous fait remarquer que l'Iraq peut très bien se passer de l'aide de la France et qu'il n'est pas venu pour nous supplier de venir à leur secours.

En réponse à ces déclarations, nous avons fait remarquer que les scientifiques en général, les mathématiciens plus particulièrement, entretiennent entre eux des relations de collègues et qu'ils oublient très vite leur appartenance nationale, ce point devant être sensible au Ministre qui est lui-même un physicien.

Cet entretien s'est déroulé en Français et en Anglais et nous avons bénéficié d'une interprète qui a fait un excellent travail.

Michel Jambu