Décès de Abbas Bahri

  Bernard Prum10/01/2016

Le mathématicien tunisien Abbas Bahri est décédé le 10 janvier 2016 des suites d’une longue maladie. Il était âgé de 61 ans et père de quatre enfants.

Ancien élève de l'École Normale Supérieure de la rue d'Ulm (promotion 1974), il soutient sa thèse de Doctorat d'État à l'université Pierre et Marie Curie, sous la direction de Haïm Brézis.

Dans ses recherches, il s'intéresse au Calcul des Variations, aux Équations aux Dérivées Partielles et à la Géométrie  Différentielle. Il a notamment introduit la méthode des points critiques à l'infini, qui constitue un progrès fondamental en calcul des variations.

En 1989, il est lauréat de la première édition du Prix Fermat, conjointement avec Kenneth Alan Ribet. Il a aussi remporté le Prix Langevin de l'Académie des Sciences (de France) la même année.

Il était professeur à Rutgers University dans le New Jersey, après avoir occupé plusieurs postes en France (notamment à l'Ecole Polytechnique) et en Tunisie (à l'ENIT, l'École Nationale des Ingénieurs de Tunis).

On retiendra de lui son rôle de rassembleur, notamment en Tunisie, où il a été à l'origine des Rencontres Mathématiques Tunisiennes d'été, depuis 1998. Plus encore, Abbas Bahri est connu pour avoir déployé un effort remarquable auprès de la communauté mathématique tunisienne, qui s'est notamment traduit par la direction d'une dizaine de thèses et/ou habilitations, surtout dans les années 1990. Ses anciens élèves, pour la plupart en poste en Tunisie, continuent à bâtir l'École de Pensée qu'il a voulu implanter dans le pays.

En dehors des mathématiques, Abbas Bahri se distinguait par sa grande générosité, et un goût très prononcé pour les arts, l'histoire et la poésie.

Abbas, tu nous manques déjà.

 

Fait à Villepinte, le 10 janvier 2016
Hatem ZAAG
Directeur de Recherches au CNRS
Université Paris 13