Décès de Jean-Louis Koszul

Jean-Louis Koszul 03/01/1921 - 12/01/2018

Une cérémonie a eu lieu au centre œcuménique Saint-Marc, 6 avenue Malherbe, à Grenoble, le mercredi 17.

Jean-Louis Koszul a été l'un des créateur du CIRM et président de la SMF en 1978.

Il a donné une dernière interview pour le laboratoire mathématique de l’Institut Fourier en 2016 :
https://www.canal-u.tv/video/institut_fourier/1966_2016_50_ans_de_mathematiques.25629
 

Ancien élève d’Henri Cartan, celui-ci lui avait consacré plusieurs articles :
http://www.numdam.org/item/AIF_1987__37_4_1_0
http://www.numdam.org/item/SB_1948-1951__1__7_0
http://www.numdam.org/item/SB_1948-1951__1__45_0
http://www.numdam.org/item/SB_1948-1951__1__71_0
 

 

En mémoire de Jean-Louis Kozul

Jean-Louis KOSZUL est né en 1921. Après des études au lycée Fustel de Coulanges de Strasbourg, il intègre l’école Normale Supérieure de la rue d’Ulm en 1940, où Henri CARTAN venait de prendre la responsabilité des élèves mathématiciens. CARTAN sera le directeur de sa thèse, qu’il soutient en 1949. Il est ensuite nommé maitre de conférences, puis professeur à l’université de Strasbourg, où il reste jusqu’en 1963. Il s’installe définitivement à Grenoble en 1963 dans le cadre d’un échange de poste avec Georges REEB, qui retourne à Strasbourg. Il part en retraite en 1986, mais reste très actif durant encore de nombreuses années au sein de l’Institut Fourier. Il a fait partie du groupe Bourbaki et était membre correspondant de l’Académie des Sciences depuis 1980. Il a été président de la Société Mathématiques de France en 1978 et s’est fortement impliqué à cette époque dans la création du CIRM (Centre International de Rencontres Mathématiques) à Luminy.

Jean-Louis KOSZUL a été un géomètre et un algébriste de tout premier plan. La portée de sa thèse « Homologie et cohomologie des algèbres de Lie » et de ses premiers travaux a été très vite reconnue. On lui doit des théorèmes profonds qui ont fait sensation et permis des progrès importants dans de nombreux domaines de l’algèbre et de la géométrie. Citons en particulier sa conférence au  fameux colloque de topologie de Bruxelles en 1950, où il introduit un complexe d’algèbre différentielle graduée qui deviendra le « complexe de Koszul», qui fera une très belle carrière et aura de nombreuses applications, parfois inattendues. KOSZUL a été un pionnier dans beaucoup d’autres domaines, notamment pour la notion de suite spectrale, et la présentation des connexions à partir de la dérivée covariante que nous connaissons aujourd’hui. Par la suite, on lui doit des contributions fondamentales en géométrie différentielle, sur les groupes de transformations, les espaces homogènes complexes, la cohomologie de Gelfand-Fuks et les super-variétés.

Jean-Louis KOSZUL a largement contribué à la visibilité internationale de l’Institut Fourier, grâce au rayonnement de sa pensée mathématique dans le monde entier, et aux nombreux cours remarquables qu’il a dispensés, notamment au Brésil et au Tata Institute de Bombay. Il convient aussi de mentionner les liens privilégiés qu’il avait établis avec les représentants de l’école japonaise de géométrie différentielle et aussi les mathématiciens suisses de Genève et Lausanne. Il était docteur Honoris Causa des universités de Lausanne et Sao Paulo. De nombreux jeunes chercheurs étrangers sont venus travailler sous sa direction à Grenoble et ont assisté au séminaire KOSZUL, le séminaire d’algèbre et géométrie de l’Institut Fourier, qui sera souvent animé par ses élèves, parmi lesquels on peut citer J.HELMSTETTER, D. LUNA, J. VEY, T. VUST.

Jacques Gasqui, Directeur de l'UFR 1986-1988 et 2002-2005