Berestycki Henri - "Alan Turing et la morphogenèse" - 2008

Conférence du 9 avril 2008 donnée dans le cadre du cycle "Un texte, un mathématicien".

 

Né en 1912 en Angleterre, figure mythique des mathématiques du XXème siècle, Alan Turing est connu d'abord pour son travail fondateur de 1936 en logique mathématique, dans lequel il invente les « machines » qui portent son nom. Machines abstraites qui permettent de résoudre des problèmes de logique, elles préfigurent aussi les ordinateurs.
Pendant la seconde guerre mondiale, il travaille pour l'armée britannique au déchiffrage des codes secrets des transmissions de l'armée allemande en apportant plusieurs contributions décisives. Il dirige l’équipe qui parviendra à lire les messages de la marine allemande de l’Atlantique codés par la machine Enigma. Poursuivant après 1945 ses réflexions sur les machines abstraites et le fonctionnement de la pensée, il travaille à des questions qui relèvent de ce qu'on appellerait aujourd'hui l’intelligence artificielle sur la conception d’une machine pensante, capable d’apprendre. En cela, il est l’un des fondateurs de l’informatique moderne. Il participe à la création
d’un des tous premiers ordinateurs à Manchester. Ses travaux rejoignent aussi des questions modernes dans les sciences cognitives.
A partir de 1950, il se tourne principalement vers la biologie et propose une compréhension mathématique de certains mécanismes fondamentaux en biologie. L'étude de la morphogenèse, c’est à dire l’apparition de formes, comme chez l’embryon, les motifs émergeant dans les organismes vivants, ou bien encore la naissance des feuilles, constituent
l’objet de ses réflexions. Arrêté en 1952 en vertu des lois anglaises interdisant l'homosexualité et condamné à un an de prison ou bien à un traitement hormonal, il choisit d'échapper à la prison et d'endurer le traitement. Il se suicide en 1954, quelques jours avant son 42ème anniversaire. Le 14 août 1952, il avait publié un article dans les Transactions de la Société Royale de Londres : «The Chemical Basis of Morphogenesis» (les fondemenents chimiques de la morphogenèse). Ce texte constitue l’un des piliers de la modélisation mathématique en biologie. Turing s’y est montré aussi visionnaire que dans les autres domaines qu’il a abordés. Les pistes ouvertes par Turing ont suscité un intérêt considérable chez les biologistes, les chimistes et les mathématiciens qui s'intéressent à la modélisation en biologie – domaine qui connaît un essor considérable aujourd’hui.

 

Après avoir été chercheur au CNRS, puis professeur aux universités Paris-Nord, Pierre et Marie Curie et à l’Ecole Normale Supérieure, Henri Berestycki est aujourd’hui directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales où il dirige une unité mixte CNRS - EHESS.
Chercheur de renommé internationale, invité régulièrement à l’Université de Chicago, auteur de plus de cent articles de recherche publiés, il est spécialiste de l'analyse des équations aux dérivées partielles, dont il étudie à la fois les aspects théoriques et les aspects appliqués à la physique, aux sciences de l'ingénieur, à la finance et à la biologie. Il a formé de nombreux chercheurs.