Tribune - Open access et système auteur-payeur

Co-signataire avec la SFDS et la SMAI de la déclaration

La SMF crée cette page pour indiquer quelques documents en rapport ainsi que pour accueillir des contributions spontanées au débat sur les modes d'accès aux publications scientifiques. Nous souhaitons afficher des textes argumentés, qui permettent à chacun de se forger une opinion et à la communauté mathématique de faire entendre ses choix par l’intermédiaire des sociétés savantes. Les textes peuvent être soumis à l'adresse suivante : smfpres [at] dma.ens.fr

 

Les contributions :

 

 Les annonces de l’été 2012 et après :

15 juillet : suite au rapport Finch Expanding Access to Published Research Findings (juin 2012), le gouvernement de la Grande Bretagne décide de changer sa politique en matière d’accès aux résultats de la recherche. C'est de fait le choix du système auteur-payeur.

17 juillet : la Commission Européenne s'exprime à son tour par des recommendations sur Données scientifiques: le libre accès aux résultats de recherche stimulera la capacité d'innovation en Europe [english version].

18 juillet : l'association Sparc Europe publie sa réponse aux recommandations de le la Commission Européenne, elle avait publié sa réponse au rapport Finch le 11 juillet.

24 juillet : les sociétés savantes de mathématiques (SFdS, SMAI, SMF) tiennent à alerter les pouvoirs publics et la communauté scientifique française sur les effets pervers du modèle de publication scientifique dit Open Access s'il se présente sous la forme de Gold Open Access. Elles publient une déclaration commune "Open Access" : mise en garde et effets pervers du système auteur-payeur (mise à jour en septembre 2012), traduction anglaise "Open Access" : a warning  on the inherent flaws  of  the  « author pays  »  model, octobre 2012

7 septembre : le gouvernement de la Grande Bretagne annonce la mise à disposition de fonds spéciaux, cf le communiqué du Département gouvernemental Business, innovation and skills.

13 septembre : le Conseil Scientifique de l’INSMI vote une recommandation sur le “Gold Open Access” soutenant la déclaration des sociétés savantes et faisant référence à l'avis récent du Comité d'éthique du CNRS sur le libre accès aux publications scientifiques (« open access ») (29 juin 2012). Cet avis compléte l'avis précédent sur les relations entre chercheurs et maisons d’édition scientifique (29 juin 2011) et est complété par la contribution aux Assises de l'ESR sous le titre Pour un débat sur le libre accès aux publications scientifiques (« open access ») (1er octobre 2012).

22 octobre : déclaration de Bruxelles où le gouvernement et les institutions de recherche belges s'engagent à systématiser l'OA (en gold et en green).

24 octobre : communiqué de l'association des directeurs des bibliothèques universitaires

5 novembre : partageant l'analyse des trois sociétés de mathématiques sur les dangers du système auteur-payeur, la Société Informatique de France (SIF) apporte son soutien à leur déclaration et s'associe à leurs démarches.

Mars 2013 : dans le numéro mensuel des Notices AMS, Donald E. McClure décrit les projets éditoriaux de type "Open access" de l'AMS.

Avril 2013 : en rappellant son engagement en faveur de l’accès libre aux publications scientifiques, le Comité d'éthique du CNRS fait le point sur certaines prises de positions récentes en France et dans le monde. (Lettre du Comets, avril-mai 2013)

Septembre 2013 : un rapport de la chambre des Communes critique le choix exclusif décidé en 2013 pour la voie dorée afin d'atteinre l'accès libre aux résultats de la science et souligne l'importance de la voie verte pour réaliser cet objectif nullement remis en cause.

Octobre 2013 : le blog Sciences2 publie une note Open access: du rêve au cauchemar consacrée à l'article publié dans la revue Science Who's Afraid of Peer Review? relatant la soumission d'un article bidon à plusieurs centaines de journaux Open access, de son taux d'acceptation étonamment élevé et d'autres anomalies assez caractéristiques de la voie dorée et du développement de certains prédateurs fort éloignés des idéaux et des pratiques scientifiques.

Octobre 2014 : publication du rapport Les nouveaux enjeux de l'édition scientifique, Académie des sciences, adopté en séance le 10 juin 2014.


Des textes plus ou moins anciens :

Rapport du comité Information Scientifique et Technique (ou rapport Salençon), 2008

Main basse sur la science publique : Le «coût de génie» de l’édition scientifique privée, Collectif (chercheurs Inra ou CNRS), 6 avril 2013

La science menacée par une bulle spéculative de l'édition ?, collectf, Le Monde, 11 novembre 2013