Rapport Moral 1997

Période de juin 1996 à juin 1997

Affaires Générales
Jean-Jacques Risler, Président de la SMF

Tout d'abord, je voudrais vous informer que la Société a été soumise récemment à un contrôle fiscal, et que la notification de redressement vient de nous parvenir. Ce redressement, s'il était appliqué tel quel remettrait en cause l'existence même de la SMF et du CIRM. Pour schématiser, l'administration fiscale remet en cause le caractère d'utilité sociale et non lucratif de la société, aussi bien pour les activités de la SMF proprement dite qu'en ce qui concerne le CIRM. Nous préparons évidemment une réponse argumentée.

1) Adhésions
La société compte à ce jour environ 1800 membres. Malgré une centaine de nouvelles adhésions, ce chiffre reste stable d'une année sur l'autre en raison d'un nombre équivalent de non renouvellements.

2) Informatique
La SMF effectue lentement sa mutation électronique car malgré les efforts et la compétence de certains de nos collègues qui nous aident, malgré aussi le dévouement et le talent de notre personnel, le manque d'un informaticien professionnel commence à se faire cruellement sentir.

Avec l'aide du ministère, nous avons poursuivi le projet ³revues électroniques², en commun avec la SMAI : le serveur a été rapatrié à l'X, et les résumés du Bulletin et d'Astérisque commencent à y être disponibles. Je rappelle que l'on y trouve aussi la version électronique du Journal de Théorie des Nombres de Bordeaux, ainsi que les résumés des Annales de l'Institut Fourier.

Après avoir envisagé de créer une revue purement électronique "Séminaires et Congrès", nous nous orientons plutôt vers une version électronique du Bulletin et pourquoi pas d'Astérisque.

Pour envisager cela, il faut d'abord régler la question des formats ³tex et latex² de façon à améliorer la présentation matérielle des revues et à économiser sur les frais de composition. La mise en place de tels formats est actuellement en cours.

D'autre part, le serveur WEB avance lentement mais sûrement, et je ne désespère pas qu'il voie le jour très bientôt. Nous avons commencé une restructuration complète du fichier SMF, et il faudra revoir le système de facturation et de gestion des stocks de Marseille.

3) Communication

La SMF s'est préoccupée d'étendre son rayonnement en recrutant des correspondants à l'étranger (Roumanie, Allemagne, Belgique, Italie, Australie, Canada Š) sur le modèle des correspondants existant déjà dans les universités françaises.

Il a fallu répondre à diverses attaques dont les mathématiques ont fait l'objet ces derniers temps. A cette fin, un débat contradictoire avec C. Allègre a été organisé au Palais de la Découverte avec le titre : "Mathématiques, fin du vingtième siècle, défaite ou triomphe ?" (se reporter à la rubrique enseignement pour plus de détails). La Gazette va aussi publier un dossier conséquent sur le sujet. Enfin, j'ai essayé de lancer des "journées SMF" en province sur le thème "les mathématiques sont utiles" sans grand écho jusqu'ici. Une telle initiative ne peut être couronnée de succès que si des mathématiciens de bonne volonté prennent en charge la réalisation locale.

4) Gazette

Je tiens à remercier ici Marc Hindry pour l'excellent travail qu'il a effectué à la tête de la Gazette. Daniel Barsky lui succèdera comme rédacteur en chef en septembre 1997.

Le Comité de Rédaction de la Gazette a été profondément renouvelé par suite du départ de plusieurs de ses membres. La composition s'est efforcée de respecter un certain équilibre disciplinaire et géographique afin qu'elle soit la plus ouverte possible.

L'ouverture de la Gazette demandée par le Conseil de la SMF lors du débat du 18 janvier 1997 devrait se concrétiser au fil des numéros sans rupture avec la Gazette actuelle. Nous attendons beaucoup de la part des abonnés à la Gazette. Il faut qu'ils interviennent que ce soit en proposant des articles, des rubriques, en acceptant de faire des analyses de livres, en fournissant des idées de dossiers à publier, ou en contribuant par leurs lettres à rendre vivante la rubrique courrier des lecteurs.

5) An 2000

L'an 2000 a été baptisé sous l'égide de l'UNESCO "année mondiale des mathématiques" ; la SMF a créé une commission française pour l'an 2000 pour réfléchir et mettre en place des actions pour promouvoir les mathématiques. Plusieurs idées ont été lancées : médailles, émission de timbres, colloques, réalisation d'expositions Š

Problèmes d'enseignement
Jacques Camus, Rémi Langevin, Commission enseignement

Au cours de l'année universitaire 1996-1997, la SMF s'est particulièrement mobilisée face aux problèmes d'enseignement, de recrutement et de débouchés pour les mathématiques.

Outre l'action déjà engagée par la commission enseignement en juin 1996, un groupe de réflexion a été mis en place dès la rentrée 1997 afin de faire une mise au point, voire un bilan, sur la situation des mathématiques en France, dix ans après le colloque ³Mathématiques à Venir". En particulier, les données statistiques sur les flux des étudiants dans nos différentes formations, le recrutement aux concours CAPES, Agrégation, Enseignement supérieur, organismes de recherche et autres débouchés ont été mis à jour : une réunion débat a eu lieu en janvier 1997 et un document de synthèse sera diffusé.

En février 97, la baisse importante du nombre de postes offerts au CAPES externe de mathématiques a fortement mobilisé les collègues : une pétition nationale et un texte argumenté, cossigné par les autres associations de mathématiques, ont été envoyés au Directeur Général de l'Enseignement Supérieur.

En mars 1997, la commission enseignement, élargie aux associations SMAI, UPS, APMEP, à l'Inspection Générale et aux représentants au Comité National des Programmes s'est réunie pour faire le bilan du travail de la sous-commission présidée par Didier Dacunha Castelle. Il a été proposé de maintenir ce groupe inter-associations afin de poursuivre la réflexion engagée, notamment sur l'enseignement secondaire et les relations avec l'enseignement supérieur.

L'ensemble des actions menées par la SMF semble être perçu par l'administration centrale puisqu'un groupe de réflexion sur les épreuves du baccalauréat sera officiellement mis en place à la rentrée prochaine et qu'il est demandé à la SMF d'y être représentée.

La SMF a réfléchi aux problèmes liés à l'enseignement, en créant une commission inter-associations dans laquelle siègent l'APMEP, la SMAI, et l'UPS.

D'avril à juin 1996, trois réunions convoquées par la SMF réunissaient des représentants de l'Association des Professeurs de Mathématiques, du Comité National des Programmes, de l'Inspection Générale, de la Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles et de l'Union des Professeurs de Spéciales pour discuter des problèmes posés par l'enseignement des mathématiques dans le secondaire et de l'articulation entre les programmes de l'enseignement secondaire et supérieur. Il fut décidé de constituer une sous-commission, sous la présidence de D. Dacunha-Castelle (ancien membre du Comité National des Programmes) chargée en particulier de faire des propositions concernant ³l'enseignement de spécialité de mathématiques" et la forme possible de contrôle des connaissances acquises au baccalauréat. Après la rédaction d'une motion commune aux quatre associations concernées insistant sur la nécessité de garder un programme de l'option bien distinct du tronc commun, envoyée au Ministre de l'Education Nationale en novembre 96, la sous-commission a aussi commencé a étudier les problèmes posés par l'articulation entre l'enseignement secondaire et l'enseignement supérieur. Une constatation déjà faite lors des réunions d'Avril et Juin 1996 a été soulignée par tous les participants : petit à petit les exigences de l'enseignement des mathématiques dans le secondaire ont diminué. En particulier les énoncés admis remplacent de plus en plus les énoncés démontrés. De ce fait de nombreux étudiants qui s'engagent dans des études à forte composante mathématique sont rapidement en situation d'échec. Parallèlement, la sous-commission a participé à l'organisation d'un débat au Palais de la Découverte proposé par D. Dacunha-Castelle sur le thème : ³Mathématiques, fin du 20ème siècle: défaite ou triomphe". Sous la présidence experte de M. Chouchan, journaliste à France Culture, il a réuni (et souvent opposé) C. Allègre, M. Broué, F. Cuzin et I. Ekeland avec la participation de L. Ferry et D. Dacunha-Castelle.

Récemment des représentants des quatre associations ont étés reçus par G. Fournier (direction des lycées et collèges, chargé de la sous-direction des formations générales et techniques) et ont été écoutés avec attention. Ces représentants doivent être conviés à une nouvelle réunion en juin 97, avec l'ensemble des partenaires intéressés, pour établir un programme de travail pour le GTD de mathématiques afin de faire évoluer la situation actuelle. Une nouvelle réunion "plénière" en mars 97 décidait de prolonger la réflexion et les actions communes des quatre associations. La nécessité d'associer enseignants et sociétés savantes pour donner des avis sur l'enseignement des mathématiques était unanimement soulignée. Ne serait-ce qu'en permettant l'instauration d'un excellent climat de compréhension entre enseignants du secondaire et mathématiciens, ces réunions ont déjà été très utiles.

L'annonce de la diminution brutale du nombre de postes aux concours, en particulier au CAPES, nous a amenés à réagir vigoureusement. Cela s'est fait en collaboration avec les 4 associations mathématiques (APMEP, SMAI, UPS, Femmes et Math.).

Affaires internationales
Pierre Bérard, Responsable des affaires internationales

Les affaires internationales sont certainement un des points que la SMF a négligés cette année : nous avons l'intention de remédier à cet état de fait.

CIMPA : la SMF est membre de l'Association CIMPA; elle siège au CA. Elle soutient le CIMPA dans ses efforts pour renforcer son assise. La SMF participe également, à côté du CIMPA, à des discussions avec les physiciens en vue de renforcer la coopération avec les pays en voie de développement de manière conjointe, en relation avec la Commission Nationale Française pour l'UNESCO .UMI et CNFM : la SMF collabore avec l'Union Mathématique Internationale et le CNFM en vue de recueillir des dons des mathématiciens français en faveur de ceux des pays en voie de développement (CDE, ICMI, fonds de développement).

Zentralblatt et coopération franco-allemande : la SMF soutient la coopération franco-allemande sur le Zentralblatt für Mathematik dans la perspective de son extension en une banque de données à gestion européenne, sous l'égide de la Société Mathématique Européenne. Echanges de publications (au bénéfice du CIRM) : la SMF contribue à l'enrichissement de la bibliothèque du CIRM en permettant des échanges de publications.

Correspondants étrangers : la SMF a institué des "correspondants étrangers" en vue d'améliorer sa visibilité hors de France. Cette initiative a reçu un vif intérêt de la part des mathématiciens sollicités.

Secrétariat aux publication
Bilan 1993/97, Pierre Schapira

Tâches générales du secrétariat :
1. Définir et superviser la politique d'ensemble des publications
2. Superviser avec la maison de la SMF à Marseille la diffusion des revues

Tâches particulières du secrétariat :
1. Signature et négociation des contrats
a - avec les diffuseurs : Gauthier-Villars (Bulletin et des Mémoires de la SMF, Revue d'histoire des mathématiques), AMS : (tous les titres de la SMF)
b - avec les auteurs
c - avec d'autres éditeurs (traduction, co-édition)
2. Droits d'auteurs
3. Publicité et catalogue
4. Tirage et pilonnage
5. Politique des prix sous l'égide du Conseil
6. Formats externes des revues
7. Formats TeX
8. Subventions (Cnrs, Meneser)

Bilan des abonnements

Bulletin, Mémoires et Astérisque : on constate une diminution d'environ 8% des abonnements en cinq ans (92-96)

Revue d'histoire des mathématiques : diminution d'environ 4% sur deux ans (95-96)

Pa~oramis`et Synthèses : plus de trois cents ventes par numéro après quatre ans, plus de deux cents après trois ans

Cours spécialisés : environ 120 ventes par numéro en deux ans

Evolution des tarifs depuis 1990

Bulletin, Mémoires : environ 15% d'augmentation (93-96)

Astérisque : environ 30% d'augmentation (93-96) {Un nouveau système de prix pour les ventes au numéro a été mis au point cette année. Chaque volume est affecté d'un certain nombre de *, fonction de sa taille, et à chaque * correspond un prix de vente, dépendant de la série, et fortement décroissant avec le temps.

Commentaires : l'évolution légèrement dévaforable des abonnements doit être comprise dans un contexte international de limitation des budgets et d'augmentation considérable de nouveaux titres. Elle est financièrement largement compensée par une augmentation très sensible des prix (en particulier pour Astérisque), nos publications restant particulièrement bon marché comparativement à beaucoup d'autres revues internationales.

Bilan 96-97

Nous avons signé un contrat de diffusion avec l'AMS pour la RHM. L'AMS diffuse désormais, de manière non exclusive, tous nos titres scientifiques, et ceux-ci figurent donc sur son catalogue et bénéficient de publicités régulières dans les ``Notices''.

La réédition de Bourbaki est maintenant achevée, et les 10 volumes sont en vente. Il est trop tôt pour dresser le bilan.

La SMF dispose désormais d'un catalogue présentant l'ensemble de ses publications. La défection d'Offilib a eu évidemment des répercussions négatives sur nos ventes: la cellule de Marseille s'emploie à récupérer les abonnés. On constate une baisse importante des abonnements transitant par Gauthier-Villars, au profit de Marseille.

L'Officiel (dirigé par Emmanuel Hebey) est maintenant "automatisé'' et composé en TEX, et fonctionne de manière très satisfaisante.

La Gazette change de Directeur, Marc Hindry (que la SMF remercie pour son excellent travail de "remise à flot'') étant remplacé par Daniel Barsky.

Le Bulletin et les Mémoires changent aussi de Directeur: Jean-Benoît Bost qui a réussi à hisser ces deux titres au plus haut niveau scientifique est remplacé par Franc cois Laudenbach.

Astérisque (François Loeser), la Revue d'histoire des mathématiques (Christian Gilain), Panoramas & Synthèses (Michèle Audin) et les Collections (Daniel Barlet) fonctionnent de manière très satisfaisante.

Les formats Tex : c'est l'un des principaux échecs du secrétariat aux publications. Après quatre ans de tentatives infructueuses, nous espérons avoir bientôt de tels formats pour Astérisque et les Mémoires. A court terme il semble impératif que tous les titres soient composés directement par les auteurs à partir de formats SMF, avec l'assistance technique du secrétariat.

La diffusion : le travail de la cellule de diffusion de Marseille a considérablement augmenté depuis deux ans, tant en ce qui concerne les abonnements que les ventes au numéro. On constate que nous avons beaucoup de mal à vendre de nouveaux titres, même d'excellents titres "à la mode'' et ayant bénéficié d'une large publicité. L'expérience montre qu'il faut quelques années pour commencer à être visible sur le marché de l'édition.

Le secrétariat : Nathalie Hermellin s'occupe de la Revue d'histoire des mathématiques, de La Gazette, de l'Officiel et de la fabrication du Catalogue. Nathalie Christiaen s'occupe du Bulletin, Mémoires, Astérisque, Panoramas & Synthèses, des Collections, et de tout le secrétariat afférent aux publications (Marseille, contrats, etc.). Sans leur dévouement et leur efficacité, la politique ambitieuse de publication de la SMF ne pourrrait exister. L'auteur de ces lignes a assuré le rôle de ``secrétaire aux publications de la SMF'' depuis cinq ans. Il est souhaitable que ce type de responsabilités ait une durée de vie limitée, et nous cherchons activement un remplaçant.

La cellule de diffusion
François Blanchard, Responsable de la cellule

L'évolution récente du travail de la cellule de diffusion tient en trois chiffres. Les recettes de 95 étaient de 500 kF, celles de 96 de 1180 kF, enfin du 1-01 au 31-03-97 il y a eu déjà 1114 kF de commandes, payées ou non.

Deux causes principales à cela : d'une part la Revue d'histoire des mathématiques et les nouvelles collections (Panoramas et Synthèses, Cours Spécialisés, Séminaires et Congrès) commencent à êtreconnues et par conséquent à se vendre ; de l'autre, Offilib, qui était auparavant notre principal diffuseur, a arr^eté son activité de ``centrale d'abonnements''. Cela n'a pas été sans un travail considérable de notre part pour récupérer un à un les clients d'Offilib. Il nous a fallu pour cela privilégier la collecte et l'exécution des commandes, en reportant à plus tard le rangement des stocks, et en différant parfois les réponses aux réclamations, rendues de plus en plus nombreuses par l'augmentation du nombre de nos clients et surtout par le mauvais travail d'Offilib dans sa dernière année d'activité.

Un effort de remise à jour des logiciels informatiques est en cours. Nous perdons encore trop de temps à utiliser des programmes qui, parfaitement adaptés au nombre des collections existantes et au volume des expéditions de 93 ou 94, sont aujourd'hui complètement dépassés.

Nous entamons la discussion avec le CNRS pour obtenir, dans le nouveau bâtiment qu'il va construire derrière la maison de la SMF, un local de stockage plus adapté et moins précaire que celui que nous utilisons à présent. Si les négociations aboutissent nous pourrions en disposer dans trois ans.

Au cours des deux années écoulées l'aide matérielle du CIRM a été constante et très appréciable : prêt de matériel informatique et accès à des logiciels ; mise à notre disposition pendant un mois et demi d'un CES ; coups de mains ponctuels pour les transferts de stocks. Nous tenons à en remercier ici J.-P. Labesse.

Enfin, il convient de rendre hommage au personnel de la cellule de diffusion : Monique Ferrer et Christian Munusami. Sans l'effort considérable qu'ils ont fourni, l'augmentation des commandes aurait amené une situation de chaos total, au lieu d'aboutir en un an au doublement de notre chiffre d'affaires.

Rapport d'activité du CIRM en 1996
Jean-Pierre Labesse, Directeur

I - Evolution des Missions.
Du point de vue de ses missions, le Centre International de Rencontres Mathématiques a poursuivi en 1996 ses activités traditionnelles, à savoir principalement l'or-ga-ni-sa-tion de "colloques" mathématiques rassemblant une quarantaine de participants sur une semaine. Leur nombre est resté stationnaire mais la qualité scientifique a légèrement progressé.

La rentabilisation du grand équipement qu'est le CIRM passe par une utilisation maximale de ses possibilités. La politique de diversification des types de rencontres (colloques, écoles d'été, DEA en résidence, centre d'été de recherche, petits groupes etc...) a été poursuivie et amplifiée. Les projets d'écoles et centre d'été de recherche ont été encouragés ainsi que le développement des rencontres en analyse et analyse appliquée (et singulièrement le calcul scientifique) et plus généralement des mathématiques appliquées encore trop peu représentées au CIRM. De ce point de vue l'organisation du CEMRACS en 1996 est une initiative typique, mais d'autres initiatives seront à prendre. Le CEMRACS sera de nouveau organisé en 1997 et 1998.

Au total, si le nombre de manifestations n'a pas progressé, le nombre de journées de fonctionnement du CIRM a atteint un niveau jamais égalé: malgré une fermeture en février pour la réalisation des salles de bains ce nombre a été de 183 jours en 1996 contre 168 en 1995 et 164 en 1994. Ceci s'explique par l'ouverture en août à l'occasion du CEMRACS. La fréquentation evaluée en nombre de nuitées est également en augmentation: 6974 en 1996 contre 6342 en 1995.

II - Subventions, contrats
Le nouveau contrat quadriennal 1996-1999 liant l'UMS-CIRM et le MENESR a été négocié en 1996 et finalement signé en mars 1997. On a obtenu le maintien des subventions de fonctionnement de l'ordre de 1650kF ainsi qu'une dotation pour la maintenance de 450kF par an. Le CNRS a maintenu pour l'essentiel le niveau de ses subventions soit 600kF de fonctionnement et 900kF pour les colloques. Des soutiens spécifiques pour l'amélioration du parc informatique ont été demandés au CNRS et au MENESR. Il est vivement espéré que cela puisse êtrepris en compte.

La Communauté des Communes Marseille Provence Métropole a renouvelé sa subvention (180kF). Le conseil régional a pour la première fois subventionné le CIRM à hauteur de 300kF.

III - Maintenance et infrastructures.
Diverses opérations d'importance ont été réalisées en 1996.

a) Rénovation des sanitaires des chambres. Commencée deux ans auparavant, cette opération a été achevée par la réalisation des 10 dernières salles de bains; le coût a été de l'ordre de 500kF. Désormais toutes les chambres sont équipées de douche et WC.

b) Rénovation des volets. Cette rénovation, remise d'année en année, devenue urgente, s'est avérée fort coûteuse (environ 200kF)

c) Réalisation d'une climatisation dans la salle de conférence et les salles de travail du bâtiment scientifique. D'un montant de 250kF environ cette climatisation, nécessaire pour l'ouverture du centre en plein été en donnant des conditions normales de travail pour les participants, permet une utilisation optimale du CIRM.

d) L'étude de la restructuration de la cuisine a occupé tout le dernier semestre. Il a finalement été décidé, après consultation des membres du CA, de procéder à une restructuration complète dépassant le cadre fixé par le CA de mai 1996. Le marché a été signé fin décembre pour un montant de l'ordre de 800kF. Les travaux furent réalisés en janvier et février 1997.

IV - Bibliothèque
La bibliothèque est le plus gros secteur budgétaire du CIRM avec plus de 1000kF. La bibliothèque du CIRM a une double fonction: bibliothèque pour les participants aux rencontres du CIRM, mais aussi c'est la seule bibliothèque de recherche du campus de Luminy, et elle se doit d'êtreau service de tous les chercheurs du campus. par Elle doit être maintenue et développée en particulier pour couvrir des domaines encore mal représentés (principalement en mathématiques appliquées). Une participation accrue des utilisateurs hors CIRM, principalement l'IML, est espérée pour accompagner ce développement.

V - Matériel Informatique.
D'une façon générale, l'équipement informatique du CIRM était insuffisant tant en nombre qu'en qualité.

1 - Le matériel informatique usuel pour les mathématiciens ³purs" permettant le courrier électronique et le traitement de texte TeX est insuffisant en nombre et certains matériels sont pour le moins vieillissants. Le parc de terminaux X vient d'êtreaugmenté et partiellement renouvelé (passage à la couleur). Les MacIntosh et PC trop vieux et n'acceptant pas les applications récentes faute de taille mémoire suffisante, viennent d'êtreremplacés.

2 - Une politique volontariste de développement d'activités liées au Calcul Scientifique à été initiée; cela a impliqué l'achat d'un serveur de calcul d'un prix de 250kF (acquis avec une aide du Conseil Général des Bouches du Rhône pour 200kF). Cette politique est appelée à se poursuivre et d'autres acquisitions sont à prévoir (achat de nouveaux processeurs et de logiciels).

3 - Le besoin d'un personnel informaticien supplémentaire (de type IR) au CIRM était devenu impératif. Malgré sa compétence et son dévouement, J.-L. Maltret (détaché à mi-temps de l'université modulo paiement d'heures complémentaires) ne dispose pas d'assez de temps pour tous les besoins du CIRM. En mars 1997 ce besoin vient d'êtrepris en compte par la nomination d'un ingénieur de recherche informaticien du CNRS à plein temps au CIRM

VI - Personnels
En dehors de l'attribution d'un emploi IR informaticien évoqué ci-dessus, la dotation en personnel du CIRM est satisfaisante. On se permettra toutefois d'espérer des promotions pour certains d'entre eux et l'intégration de la secrétaire hors statut sur contrat université depuis près de 15 ans. Gilbert Mora, chargé des espaces verts et des travaux `e makndenance courants, précédemment en CES, a été engagé sur un CDD de deux ans sur budget CIRM-SMF.

Le contrat liant le CIRM et la SHR a été renégocié et mis sous une forme plus conforme aux usages de la profession.

VII - Perspectives
La restructuration de la cuisine est l'avant dernière étape de la rénovation de la bastide. Il reste à toiletter une petite partie du Rez-de-Chaussée. La création d'une réserve bibliothèque est programmée.

Du point de vue scientifique l'essentiel me semble de mieux faire connaitre le CIRM dans la communauté scientifique internationale principalement en mathématiques appli-quées. Les possibilités offertes par le CIRM sont encore trop souvent mal connues.

Rapport financier (exercice 1996)
Paul-Louis Hennequin, Trésorier

Le budget prévisionnel pour 1996 (hors CIRM) présentait un déficit de 442 KF, en diminution par rapport au déficit 1995 (577 KF). Ce déficit s'expliquait par l'absence d'informations sur le montant des subventions du CNRS pour Astérisque et le Bulletin : celles-ci se sont finalement élevées à 39 KF pour chaque revue, soit la moitié du montant des années précédentes.

L'exécution du budget se traduit par un déficit de 112 KF et le bilan par un déficit de 148KF.

Encore pour être très précis, faudrait-il tenir compte d'un défaut de recettes causé par le passif avec OFFILIB qui vient tout juste d'être apuré.

I- Analyse de la situation poste par poste

* La revue Astérisque : Bénéfice 84 KF. Les recettes ont augmenté de 152 KF par relèvement des tarifs, et les dépenses de 55 KF; la reprise par la maison de la SMF des abonnements et les ventes gérées par OFFILIB est une opération bénéficiaire à la fois pour la trésorerie et pour le budget.

* Réédition du Séminaire Bourbaki : Bénéfice 30 KF. Sa sortie en janvier 1997 seulement, n'a permis que de vendre par commande anticipée 18 collections complètes, alors que nous en espérions une centaine ; la SMF a pris à sa charge environ 200 KF soit le prix d'une centaine de collections. Le tirage s'est monté à 400 exemplaires.

* Le Bulletin et les Mémoires : Bénéfice 90 KF. Les recettes ont augmenté de 164 KF et les dépenses de 17 KF seulement. * L'Officiel : le déficit 82 KF est en augmentation par rapport à l'année dernière (68 KF) mais comparable à celui des années précédentes.

* La Gazette reste largement bénéficiaire : 135 KF, grâce à des économies sur la fabrication et à une augmentation des ventes et de la publicité.

* Les Autres publications : (comptes-rendus des journées) Bénéfice 3 KF, cela ne compense pas le déficit des journées.

* Panoramas et Synthèses : Déficit 56 KF. Deux numéros sont sortis en 1996, - PS2 "Symétrie miroir", - PS3 ³Introduction à la théorie de Hodge², et un troisième a été budgétisé : PS4 "Formalisme thermodynamique et systèmes dynamiques holomorphes" ; il est sorti en mai 1997. Ceci explique l'augmentation des dépenses et des recettes; les ventes ont démarré, les deux numéros ont été subventionnés et devraient se vendre pendant plusieurs années. L'AMS a demandé un dépot de 80 exemplaires.

* Histoire des Mathématiques : Bénéfice 62 KF. Ce bénéfice s'explique par la subvention de 119 KF qui s'achève en 1996.

* Nouvelle collection : Déficit 150 KF. Deux numéros sont sortis en 1996, dont les ventes n'ont pas atteint le volume escompté. - CS2 "Exercices corrigés de théorie analytique et probabiliste des nombres" , tiré à 700 exemplaires, - SC1 "Actes de la table ronde de géométrie différentielle en l'honneur de M. Berger", tiré à 500 exemplaires,.

* Revues Electroniques : Déficit 257 KF. Ce déficit correspond à la part de fonctionnement qui reste à la charge de la SMF. Sur ce chapitre ont été imputées des dépenses en matériel informatique et logiciels.

* Le Fonctionnement : Bénéfice 66 KF, comparable à celui de 1995. Côté recettes, les cotisations ont augmenté mais les produits financiers ont diminué; côté dépenses, les missions et les frais de fonctionnement ont baissé, tandis que l'ensemble des salaires subissait l'augmentation normale d'évolution des carrières.

* L'Assemblée générale a coûté 18 KF. * Le CIRM : les prêts n'ont rapporté que 12 KF cette année.

* Prix d'Alembert : Il a coûté 24 KF dont 15 KF de prix aux deux lauréats.

II- Budget prévisionnel 1997
Nous espérions pouvoir présenter un budget en proche de l'équilibre. Malheureusement, nous avons aucours de ce premier semestre deux mauvaises surprises :

- alors que le CNRS nous avait laissé espérer un montant de subventions pour Astérisque et le Bulletin du même ordre qu'en 1995, il a ramené celles-ci un peu au dessus de leur niveau de 1996 qui était de la moitié.

- la SMF a été soumise à un contôle fiscal sur les année 1994 et 1995 qui a abouti à un redressement trés important concernant tant la société proprement dite que le CIRM. Le recours à des conseillers fiscaux pour le réglement des contentieux nous conduit à ajouter au budjet une provision de 100 Kf.

Par ailleurs, le bureau a décidé de modifier la répartition des dépenses de fonctionnement en chargeant davantage les secteurs bénéficiaires (Astérisque, Bulletin, Gazette) et en allégeant les nouvelles collections et les revues électroniques. On trouvera cette nouvelle répartition à la dernière page du budget prévisionnel.

ASTERISQUE : L'augmentation des dépenses s'explique surtout par la modification des pourcentages ; notons une diminution sensible des prix de revient due au changement d'imprimeur.

SEMINAIRES BOURBAKI : Au 31 mars 1997, les ventes s'élèvent à : 13 KF Les ventes 1997 permettront d'évaluer la valeur du stock et de faire figurer celui-ci dans le bilan 1997.

BULLETIN ET MEMOIRES : Même remarque que pour Astérisque ; les frais de composition sont élevés.

OFFICIEL: La nouvelle répartition des frais de fonctionnement permet de se rapprocher de l'équilibre.

GAZETTE : Elle reste bénéficaire de 45 KF.

L'ANNUAIRE : l'édition 1997 coûtera 36 KF.

PANORAMAS ET SYNTHESES : de janvier à mai 1997, - PS0 : 59 exemplaires - PS1 : 41 exemplaires (+ 7 en commande) - PS2 : 76 exemplaires (+ 35 en commande) - PS3 : 99 exemplaires (+ 35 en commande) En 1997 deux nouveaux numéros sont prévus : PS5 "Quantum groups and Knot invariants" (sorti en juin) et PS6.

REVUE HISTOIRE DES MATHEMATIQUES : La fin de la subvention n'a pas été relayée par une augmentation suffisante des abonnements. Les frais de composition sont élevés.

NOUVELLE COLLECTION : - CS3 "Spectres de graphes" sortie prévue en octobre, - CS4 "Polynômes de Schubert et lieux de dégénérescence" sortie prévue en décembre, - SC2 "Colloque de Reims, algèbre non commutative, groupes quantiques et invariants" sortie prévue en juin, - SC3 "Matériaux pour l'histoire des sciences au XXeme siècle en la mémoire de J. Dieudonné" sortie prévue décembre.

REVUES ELECTRONIQUES : Le budget, fixé par le montant de la subvention et la quote-part SMF est en baisse par rapport à 1996.

FONCTIONNEMENT : du même ordre de grandeur qu'en 1996 : quelques économies ont été dégagées. ASSEMBLEE GENERALE : le CNRS a rétabli sa subvention.

III- Tarifs 1998
Nous donnons ci-dessous les tarifs fixés à l'unanimité par le Conseil du 24 janvier 1997 ; l'augmentation est de l'ordre de 10 % sauf pour les cotisations des membres individuels et pour les abonnements à "Histoire des Mathématiques" qui ne changent pas ; la principale innovation est la création d'un "type 3" pour les membres institutionnels qui permettra de recevoir toutes les publications de l'année et devrait faciliter la diffusion des nouvelles collections.

Cotisations Membres Individuels : - Plein tarif avec Gazette : 400 F - Tarif réduit avec Gazette: 200 F (Retraité, étudiant, moins de 30 ans) - Tarif conjoint sans Gazette : 120 F - Cotisation réciprocité avec Gazette : 200 F Cotisations Membres institutionnels - Type 1 (Gazette et Officiel), Europe et hors Europe : 1 530 F - Type 2 (Gazette, Officiel, Bulletin Mémoires, Astérisque) : Europe 2 930 F ; Hors Europe 3 330 F - Type 3 (Gazette, Officiel, Bulletin Mémoires, Astérisque R.H.M., Collection SMF de l'année, Panoramas et Synthèses) : Europe 3 670 F ; Hors Europe 4 310 F Abonnements Membres : - Officiel : Europe 140 F ; Hors Europe 170 F - Bulletin : Europe 375 F ;Hors Europe 475 F - Mémoires : Europe 350 F ;Hors Europe 450 F - Bulletin Mémoires : Europe 650 F ; Hors Europe 750 F - Astérisque : Europe 1 150 F; Hors Europe 1 450 F - Histoire des mathématiques : Europe 240 F ; Hors Europe 280 F Abonnements non Membres L'Officiel n'est pas disponible pour les non membres. - Mémoires : Europe 700 F ; Hors Europe 800 F - Bulletin : Europe 750 F; Hors Europe 850 F - Bulletin Mémoires : Europe 1 300 F ; Hors Europe 1 400 F - Astérisque : Europe 2 300 F; Hors Europe 2 600 F - Histoire des mathématiques : Europe 360 F ; Hors Europe 400 F; Prix au numéro 220 F ; Prix spécial réservé aux membres des Sociétés savantes : Abonnement 240 F ; Prix au numéro 160 F

Il faut une nouvelle fois souligner la compétence et l'ardeur de tout le personnel de la SMF qui tant à Marseille qu'à Paris, doit faire face rapidement à des situations imprévues ou à des tâches non programmées, tout en restantmais pour toute la communauté mathématique internationale ; pour sa part notre comptable tient à jour de nombreux documents et suit attentivement l'évolution incessante de la règlementation.

En conclusion, ce budget est le reflet d'une politique ambitieuse de publications de qualité qui n'hésite pas à investir sur l'avenir.