Un témoignage de M. Garcia-Monge


 Jean- Pierre Kahane

Mayte García-Monge (Femme  Miguel de Guzmán)

Je suis frappé  par la nouvelle du décès Jean-Pierre Kahane quand j’ètais sur le point d’envoyer une lettre,  pour cette raison je souhaiterais d’ècrire directement à lui.

                                    Chèr ami,

Sa dernière lettre manuscrit commence par une “Chère amie”.

Avoir  créé des liens d’amitié avec vous m’a rempli de joie.

Bien que je ne suis pas matematique, je sais que vous est un grand mathematicien, parce que  Miguel a toujours parlé de vous avec une admiration et affection très forte., mais j'ai découvert moi-même  d’autres aspects  de sa personnalité que j’aime beaucoup. 

Son sens de la justice, humanité,  une grande sensibilité, gentillesse, capacité d’écoute, générosité,  et aussi de l’élégance intérieure et extérieure, sont des qualités qui font de vous un homme de cœur.

Aprés la mort de mon mari vous me avez écrit pour exprimer leur amitié et d'affection pour Miguel . Je sentais  tendresse et une proximité qui m'a donné la confiance nécessaire pour répondre de la manière qui est fait avec un ami

Maintenant, je  sens une vive douleur que j'essaie d'accepter parce qu'il vient
de mon affection pour vous

Vous écrivais “Le temps passe mais les sentiments restent” ,

 C’est vrai, les sentiments resteront toujours  et rien, même la mort peut les faire disparaître.

Je voudrais conclure avec un poème de Pedro Casaldáliga  dont je vous ai parlé.

EL CORAZÓN LLENO DE NOMBRES              LE COEUR PLEIN DE NOMS

Al final del camino me dirán:                        Au bout du chemin me diront
-¿Has vivido? ¿Has amado?                                       -Tu as vecu?   Tu as aimé?
Y yo, sin decir nada,                                                 Et moi, sans rien dire,
 Abriré el corazón lleno de nombres.                        J’ouvrirai le coeur plein de noms                 

Dans le mienne il est  gravé le vôtre

Mayte