04/12/14 - Palais de la Découverte - Stratégie Mathématiques

Cela fait plus de 20 ans que la communauté mathématique française alerte les pouvoirs publics sur la fragilisation en cours de l'enseignement des mathématiques. Il y a urgence sociale et civique !

Au sein d’une délégation de la CFEM, la SMF a pu échanger à plusieurs reprises ces derniers mois avec le cabinet de la ministre N. Vallaud Belkacem. Dans ce plan, on trouve un certain nombre de propositions qui ont été faites au cours de ces rencontres et qui seront mises en application.

La SMF va oeuvrer pour le succès de ce plan ; des mécanismes sont proposés pour susciter des vocations (attractivité des concours, encouragement pour les carrières scientifiques, formation initiale ET continue), nous portons d’autres exigences (notamment celle d’une licence pluridisciplinaire et une formation différenciée en mathématiques suivant l’origine des étudiants en master « Premier degré » pour  préparer au mieux les futurs Professeurs d’Ecole) et une grande expérience (disciplinaire, pédagogique, vers le grand public,  avec un réseau dense et des liens privilégiés avec les acteurs du terrain).  Dans cette optique, la SMF est partie prenante dans le « Forum des Mathématiques vivantes » qui clôturera la semaine des Mathématiques les 21 et 22 mars prochain.

Nous regrettons cependant que la proposition d’organiser un pré-recrutement, sous une forme à préciser, pour les disciplines déficitaires n’ait pas été retenue, même si un tel mécanisme serait à l’étude : il est pourtant urgent de mettre en place un tel dispositif qui assurerait une visibilité à moyen terme dans les recrutements.

La SMF sera tout particulièrement vigilante sur les contenus pour lutter contre l’innumérisme et les besoins de développer le raisonnement mathématique. Nous avons au sein de la CFEM des propositions en phase avec notre temps ; la période qui s’ouvre pour décliner le « socle commun de connaissances » en programme précis est essentielle, nous serons très attentifs.

Ce plan souligne aussi la nécessité d’ouvrir les mathématiques au grand public et de favoriser les activités péri-scolaires pour développer l’appétence pour les mathématiques ; nous nous appuierons là encore sur l’expérience que nous avons acquise  depuis plusieurs décennies, notamment autour du consortium  CAPMATH dont le devenir doit être stabilisé dans les mois à venir.  Rappelons le succès d’un grand nombre d’initiatives qui s’inscrivent dans cette dynamique : les stages MC2+, suivis cette année  par plus 1300 participants, issus en majorité de milieux défavorisés,  le projet « Filles et maths, une équation lumineuse » qui se propose de lutter contre les stéréotypes, ou encore « Sciences ouvertes en Seine St Denis »  qui varie ses interventions du primaire jusqu’à l’entrée dans le supérieur, sans oublier les associations Maths en Jean,  Maths Pour Tous (lauréate du Prix d'Alembert 2014 et dont l'action Hippocampe rencontre notamment un vif succès) , …

ATTENTION, la mise  en place de ces actions nécessite d’imaginer des mécanismes qui reconnaissent et encouragent le travail des collègues enseignants-chercheurs  qui s’investissent sur ces projets ! 

Ce plan reconnaît la nécessité d'une formation continue digne de ce nom pour les professeurs de lycée, collège et d'école : La SMF espère que cette formation continue, qui est aujourd'hui en déshérence, retrouvera les moyens qui lui faut (notamment dans les IREM). Les enseignants-chercheurs sont prêts à s'y impliquer : par exemple par la diffusion de la culture mathématique auprès des enseignants. Cette implication doit également être reconnue dans le cadre de leur mission et de leur service.

Ce plan insiste notamment sur l’inter-disciplinarité, reconnaissant le rôle crucial des mathématiques dans de nombreux domaines, de la physique à  la biologie, en passant par l’informatique, le traitement du signal et de l’image, l’économie, la finance, etc… Notre communauté a développé un savoir-faire en la matière, que ce soit au niveau de l’enseignement ou de la recherche; la brochure « Mathématiques, l’explosion continue » en est une preuve tangible !  Elle a été remise à la ministre. Nous nous positionnerons donc comme interlocuteurs  et conseillers expérimentés sur les projets qui seront développés.

Les mathématiciens sont très ouverts aux autres disciplines, notamment scientifiques, et oeuvrent depuis longtemps à tous les niveaux! nous sommes ouverts au dialogue, notamment pour l’option « informatique »  annoncée dans ce plan pour le CAPES de mathématiques. La SMF va tout mettre en oeuvre pour que ses contenus soient élaborés dans la plus grande concertation avec nos collègues informaticiens ; les contacts avec la Société Informatique de France ont été nombreux  ces derniers mois pour la nouvelle édition du Zoom des métiers en mathématiques ET informatique (un exemplaire de l'ancienne brochure a aussi été remise à la ministre). Nous continuerons à travailler avec la SIF. Il faudra cependant que l'option « informatique », et les autres à l'étude, soient prises en compte lors des affectations des lauréats en fonction des besoins des établissements : des options existent déjà à l’agrégation de mathématiques mais les compétences particulières reconnues chez ces nouveaux agrégés ne sont pas un critère lors de la nomination de ces enseignants dans les lycées et collèges (sauf peut être en classe préparatoire) et ne sont donc pas utilisées. 

Le ministère a émis le désir de prolonger les échanges qu'il a eu avec la CFEM ces derniers mois et faire de ce plan stratégique un succès; la SMF participera activement aux prochaines rencontres. Il faut saisir cette opportunité pour faire entendre la voix des mathématiciens. 

**************