SMF

Les cadres institutionnels de l'enseignement des mathématiques au XVIe siècle

The institutional settings of mathematics' teaching in the sixteenth century

Marie-Madeleine Compère
Les cadres institutionnels de l'enseignement des mathématiques au XVIe siècle
  • Année : 2000
  • Fascicule : 2
  • Tome : 6
  • Format : Électronique
  • Langue de l'ouvrage :
    Français
  • Class. Math. : 01-01, 01A40, 01A45, 01A73, 01A74, 97-03
  • Pages : 271-292
  • DOI : 10.24033/rhm.102
Les avancées notables des connaissances en mathématiques ne peuvent s'expliquer sans le développement d'un enseignement de haut niveau. L'article vise à préciser l'extension géographique et les contenus de cet enseignement dans l'Europe du xvie siècle. Les mathématiques se fondent sur le commentaire de textes transmis depuis l'Antiquité, intégrés dans le programme des arts libéraux, eux-mêmes tributaires d'un lointain héritage. L'expansion institutionnelle des universités et des collèges du xive siècle au xviie siècle multiplie virtuellement les lieux où ce programme est enseigné. Mais, parmi les leçons relevant des arts libéraux ou de la philosophie, celles qui abordent les mathématiques sont inégalement assurées en quantité et en qualité. Cette inégalité tient à deux raisons spécifiques à l'enseignement des mathématiques. En premier lieu, la compétence nécessaire aux professeurs ne pouvait s'acquérir qu'en de rares endroits, lors de conjonctures favorables. En second lieu, on trouvait difficilement un public intéressé parmi les étudiants et les collégiens, dans la mesure où le destin social de la majorité d'entre eux les tenait éloignés des débouchés techniques offerts par les mathématiques.
Great advances in mathematics can neither take place nor be explained without the existence of high-level mathematics' intruction. This paper maps out the geography as well as the content of mathematics' teaching in sixteenth century Europe. Mathematical instruction, based on commentaries of texts dating back to Antiquity, became part of liberal arts' instruction which, itself, took its inspiration from a distant intellectual past. Between the fourteenth and the seventeenth century, the institutional expansion of universities and colleges multiplied the settings within which the teaching of mathematics could have taken place. Yet, among the curricula that fell within the province of liberal arts or philosophy, the teaching of mathematics varied tremendously, in quantity as well in quality. This is due to two features of mathematics' training. First, the knowledge required by the teaching of mathematics may only be procured in few places and under particularly favourable conditions. Second, not many university students took an interest in this kind of training as their social call steered most of them away from the technical vocations, which mathematics then led to.
enseignement mathématique, université, professionalisation

Des problèmes avec le téléchargement?Des problèmes avec le téléchargement?
Informez-nous de tout problème que vous avez...