SMF

L'institut Oberwolfach dans la zone française d'occupation : de 1945 aux années 1950

Oberwolfach in the French Occupation Zone : 1945 to early 1950s

Volker R. REMMERT
L'institut Oberwolfach dans la zone française d'occupation : de 1945 aux années 1950
  • Consulter un extrait
  • Année : 2020
  • Fascicule : 2
  • Tome : 26
  • Format : Électronique
  • Langue de l'ouvrage :
    Anglais
  • Class. Math. : 01A60, 01A74, 01A80
  • Pages : 121-172
  • DOI : 10.24033/rhm.230

Cet article fait partie d'un projet de recherche de plus grande envergure sur l'histoire de l'Institut de recherche mathématique d'Oberwolfach de sa fondation en 1944 au début des années 1960. Tandis que le contexte de la fondation de cet institut est relativement bien connu, son développement après 1945 a peu été étudié par les historiens des mathématiques. La fin de la Seconde Guerre mondiale a placé l'institut face à un double défi. Contraint, d'une part, de se réinventer afin de se débarrasser du programme fixé par la guerre à la recherche mathématique, l'institut s'est cherché une nouvelle identité conforme au contexte d'après-guerre. Il s'est d'autre part trouvé dénué de tout budget suite à l'arrêt définitif des financements venus de Berlin et dont il avait été entièrement dépendant durant la guerre. L'objectif principal de cet article est d'étudier la manière dont cet institut, avec son directeur Wilhelm Süss, a relevé ce double défi en s'inscrivant dans la conjoncture, nouvelle, de la zone d'occupation française. Il s'agira ainsi de saisir les implications de cette conjoncture politique spécifique pour l'histoire des mathématiques dans l'Allemagne d'après-guerre. De la fin des années 1940 au début des années 1950, l'histoire de l'Institut d'Oberwolfach ne pourrait être comprise hors du contexte politique et culturel de la zone d'occupation française tant ce contexte a participé à une redéfinition de l'identité de l'institution sur le temps long. La coopération avec les mathématiciens français et les autorités françaises était désormais devenue essentielle au développement d'une nouvelle vision de l'Institut.

This paper is part of a larger research project dealing with the history of the Oberwolfach Research Institute for Mathematics between its foundation in 1944 and the early 1960s. While the history of its foundation is relatively well understood, the development of the institute after 1945 has scarcely been touched on by historians (of mathematics). After World War II, the challenge faced by the institute was twofold. On the one hand, it had to virtually reinvent itself, i.e. to strip itself of the agenda of war-related mathematical research and find a new identity suited for the post-war situation. On the other hand, the institute was without a budget as it had completely relied on funds from Berlin, which permanently stopped flowing with the end of the war. To understand how the institute and its director, Wilhelm Süss, dealt with this twofold challenge, the consequences of the institute coincidentally being situated in the French occupation zone, and the potential implications of this political happenstance for the history of mathematics in post-war Germany, will be centre-stage in what follows. The history of the Oberwolfach Institute in the late 1940s and early 1950s cannot be understood without embedding it into the political and cultural context of the French occupation zone, which had a long-term impact on its institutional identity. Co-operation with French mathematicians and with the French authorities became crucial for developing a new vision for the institute’s institutional identity.

Oberwolfach, institut de recherche mathématique, relations franco-allemandes en mathématiques après 1945, mathématiques en Allemagne après 1945, Bourbaki
Oberwolfach Research Institute for Mathematics, Franco-German relations in mathematics after 1945, mathematics in Germany after 1945, Bourbaki
Prix
Adhérent 14 €
Non-Adhérent 20 €
Quantité
- +